Apprendre la danse classique à Pondichéry

la danse classique à PondichéryCet article publié dans le quotidien The Hindu en Novembre 2013 parle d’une nouveauté à Pondichéry, les cours de danse classique organisés au Centre culturel Sita par Fleur Soumer.

Après les baguettes et les crêpes, la danse classique débarque à Pondichéry ; une ville qui se vante de reproduire et proposer les traditions françaises. Alors que les spectacles de danse classique se limitent à quelques festivals, une jeune danseuse professionnelle qui vient de co-créer le centre culturel Sita, propose désormais des cours de ballet.
C’est à la demande des parents qui rêvaient de voir leurs enfants faire des pirouettes avec élégance que Fleur Soumer décide de se lancer dans ce projet.

Elle propose plusieurs fois par semaine des cours de ballet dans son association culturelle Sita située sur Candappa Moudalier Street. Une douzaine d’élèves âgés de 5 à 12 ans suivent régulièrement ces cours dispensés en français et anglais, sous le pandal de la terrasse.

La danse classique occidentale et indienne partagent des similitudes comme la rigueur et la discipline. Toutefois, le Ballet reste une danse très aérienne avec des sauts et des tours, alors que le BharataNatyam est une danse plus connectée avec la terre.

Le ballet demande aux débutants d’être bien dans leurs chaussons ; le défis étant à la fin de savoir maitriser parfaitement la technique du pointé. Les cours sont ouverts à tous, même ceux ayant les pieds plats. Ils aident à développer votre souplesse et à adopter une posture bien droite.

 

Ci-dessous vous trouverez la traduction de l'article; pour lire l'article, faites clic droit sur la photo de l'article pour l'ouvrir dans un nouvel onglet.

Article paru dans The Hindu, Novembre 2013, écrit par Olympia Shilpa Gerald.

Fleur danse classiqueEnfilez vos chaussons de danse à Pondichéry !!

Des cours de ballet à Sita Cultural Center font faire aux enfants des pirouettes avec grâce !

Crêpes et baguettes. C’est fait. Des portes en bois massif et des portails en fer forgé. C’est fait. Siestes et paysage urbain. C’est fait aussi.
Dans cette longue liste de coutumes et de traditions culturelles françaises que Pondichéry se vante de reproduire et proposer, le ballet manquait depuis un certain temps. Alors que les spectacles de danse classique ont été limités à quelques festivals, une jeune danseuse qui vient de co-créer, il y a tout juste un an, un centre culturel, espère faire changer les choses.
Danseuse professionnelle, Fleur Soumer, est arrivée à Pondichéry, il y a quelques années, pour apprendre les nuances de BharataNatyam. Mais aujourd’hui, à la demande des parents qui rêvaient de voir leurs enfants faire des pirouettes avec élégance, elle donne des cours de danse classique.

Le centre culturel Sita sur Candappa Moudaliar street ne se cache pas de son envie d’avoir un studio de danse avec de grands miroirs et une barre lisse. A la place, sa spacieuse terrasse recouverte d’un robuste toit de chaume et décorée de murs jaunes, typique de Pondichéry, est le lieu où une demi douzaine d’élèves, âgés de minimum 5 ans, font leurs premiers pas en danse classique. Les deux longues barres en bois fixées à l’horizontal font partie intégrante du cours de ballet.

Pendant que la musique classique s’écoule, la professeure fait le tour, redressant une jambe, corrigeant un bras, passant rapidement du français à l’anglais. « Ouvrez vos pieds et levez la jambe » dit elle à une jeune fille en tutu rose qui avait sa jambe posée en équilibre sur la barre. « Ne fléchissez pas vos genoux et tendez bien votre jambe » insiste Fleur vu que les enfants allongent leur jambe, puis pointent leur pied devant eux ; ce qui fait penser au Nattadavu en Bharata Natyam.

Ces deux formes de danse doivent partager certaines similitudes comme la rigueur et la discipline, admet Fleur. « Mais elles sont aussi très différentes. Le Bharata Natyam est plus connecté à la terre, alors que le ballet l’est plus avec l’air » déclare-t-elle, avec ses bras gracieusement mis en forme d’arche au dessus de sa tête. « En danse classique, il y a plus de sauts et de tours ».

En France, Fleur qui a appris la danse classique auprès de plusieurs professionnels dont un danseur de l’opéra national de Paris, a plus participé à des cours qu’à des spectacles. Le cours de Ballet n’est pas le plus prisé à Sita qui propose aussi divers cours sur les arts indiens et occidentaux. « J’ai commencé à donner ces cours de danse quand j’ai réalisé que les gens avaient déjà entendu parlé de la danse classique, voir connaissaient, et que l’on trouvait déjà ici de nombreuses danses occidentales telles que la salsa ou l’hip-hop » déclare Fleur.

La danse classique demande aux débutants d’être bien dans leurs chaussons. Les petits indiens sont plus souples, mais le défis est de maitriser parfaitement la technique du pointé. « Tout le monde peut apprendre la danse classique, même ceux qui ont les pieds plats. Je parle par expérience » dit-t-elle en riant. Les danseurs et danseuses de ballet ont surtout l’avantage de se tenir bien droit, en plus d’être souples et musclés. « Il est rare de trouver des danseurs, surtout de danse classique, qui se tiennent mal ».